Naissance de Boa constrictor longicauda « Patternless »

Si il y a bien une espèce dont je suis amoureux depuis toujours, c’est celle-là. J’ai toujours été plus attiré par les boidae, voir même les boinae. Boa constrictor m’a toujours fasciné de part la multitude de sous-espèces et de morphs naturels que l’on peut trouver dans la Nature.

En aout 2005, je pars en Allemagne chercher un couple de jeunes boa à longue queue chez Hermann Stöckl.

L’origine du nom : Le boa à longue queue ne porte pas ce nom parce qu’il a une queue plus longue que les autres Boa constrictor, non. Ce nom lui a été attribué parce que cette sous espèce possède les hémipénis les plus longs (moins de 12% de la longueur du corps chez les autres boas et plus de 14% chez les longicauda).

J’ai réservé un couple venant des USA, nés chez Vin Russo, le frère de Paul Russo, celui-là même qui décrivit la sous espèce en 1991 avec le Dr Robert Price. Autant dire que la souche était de qualité avec des animaux ayant un superbe potentiel.

Car c’est là qu’est toute la subtilité de cette sous-espèce. A la naissance, les jeunes ressemblent à de classiques boas sans grand intérêt pour qui n’a pas l’expérience de ces petites bêtes. Le développement ontogénique de leurs couleurs prendra environ 3 ans pour parvenir à une robe très contrasté.

Photos des parents

La femelle

La femelle à quelques mois

La femelle à quelques mois

La femelle à 18 mois

La femelle à 18 mois

La femelle en 2014

La femelle en 2014

Portrait de la femelle en 2008

Portrait de la femelle en 2008

Le mâle

Le mâle à quelques mois

Le mâle à quelques mois

Le mâle à 18 mois

Le mâle à 18 mois

Le mâle aujourdhui

Le mâle aujourd’hui

Boa constrictor longicauda

Portrait du mâle en 2014

En 2014, je décide de mettre mon couple ensemble, ils ont 10 ans, ils sont en pleine forme, très bon mangeurs. Je les ai toujours très peu nourris depuis qu’ils sont adultes, je pense que c’est la clé pour avoir des animaux en bonne santé. On voit trop souvent des serpents qui ressemble à des boudins, complètement obèses. La plupart des boidés ont un métabolisme lent et sont faits pour manger beaucoup à certains moment de l’année et vivre des périodes de diète importante.

La souche que je possède est apparentée aux fameux longicauda « zero« . Ma femelle présente une petite modification de dessin sur le dos. Je me demandais si cela pouvait se transmettre ou si il s’agissait simplement d’une aberration sans conséquence comme on en rencontre souvent dans la Nature.

Loin d’être fan des « phases » obtenus par la sélection en élevage, j’étais tout de même sacrément curieux de voir ce que mon couple pouvait donner. De plus, la sous espèce est assez peu répandue en captivité, le nombre de génération est encore assez limité.

J’ai donc introduit la femelle dans le terrarium du mâle fin mars. Celle-ci s’est jeté sur lui, le pauvre est partit se cacher dans un premier temps. Ensuite, j’assisterais à quelques accouplements discrets, mais ils resteront l’un sur l’autre un bon moment. Je ne les séparerais que lorsqu’ils commencèrent à être indifférent l’un à l’autre, 15 jours plus tard.

Accouplement

Accouplement du 27/03/2014, le mâle est sur la femelle

Accouplement du 27/03/2014, le mâle est sur la femelle

Accouplement le 28/03/2014.

Accouplement le 28/03/2014.

Ovulation

Le 12/04/2014

Le 12/04/2014

Le 29/04/2014

Le 29/04/2014

Maturation

Le 08/05/2014

Le 08/05/2014

Le 08/05/2014

Le 08/05/2014

Le 08/05/2014

Le 08/05/2014

Le 08/05/2014

Le 08/05/2014

Le 08/05/2014

Le 08/05/2014

Le 26/06/2014

Le 26/06/2014

Le 22/07/2014

Le 22/07/2014

Le22/07/2014

Le 22/07/2014

Le 23/08/2014

Le 23/08/2014, veille de la naissance

Naissance

En prenant en compte la littérature, les expériences d’éleveurs de cette sous espèce, l’age et la  taille de la femelle, je pensais avoir en 5 et 15 jeunes. La mère fait environ 2m et il s’agit de sa première portée. Chez Boa constrictor longicauda, les portées ne dépassent guère les 25 jeunes.

Nous eûmes la joie de découvrir le 24/08 que la naissance avait eu lieu. J’étais pourtant passé peu de temps avant. Tout s’est donc passé très vite et sans encombre. J’ai retrouvé la femelle hissée sur sa cachette en train d’observer les petits avec la langue. Je la retirerai assez vite, car elle semblait calme et j’avais peur que des jeunes ne soient écrasés sous la cachette.

Boa constrictor longicauda

39 jeunes bien vivants

Jeunes longicauda à la naissance

Jeunes longicauda à la naissance

Jeunes longicauda à la naissance

Jeunes longicauda à la naissance

Jeunes longicauda à la naissance

Jeunes longicauda à la naissance

Je m’en occuperai assez vite, la lampe chauffante commençant à faire sécher une partie du liquide amniotique. On passe donc à la récolte et première inspection rapide des monstres.

Première récolte

Première récolte

2 jeunes morts-nés

2 jeunes morts-nés

Bilan

39 jeunes vivants et en pleine forme, 2 morts nés quasi terminés et 0 slug (œufs non fécondés). Ce très beau résultat semble s’expliquer par un nourrissage peu abondant et l’âge de la première reproduction.

Après inspection des jeunes, la plupart ont une anomalie du dessin, plus ou moins prononcée. 3 seront, quant à eux, clairement « patternless » et sont de vrais bijoux.

La femelle juste après la naissance

La femelle juste après la naissance

Quelques jours après la naissance

Quelques jours après la naissance

Quelques jours après la naissance

Quelques jours après la naissance

Quelques jours après la naissance

Quelques jours après la naissance

Quelques jours après la naissance

Quelques jours après la naissance

Quelques jours après la naissance

Quelques jours après la naissance

Mue à 10 jours

Mue à 10 jours

Photos à 15 jours

Boa constrictor longicauda patternless

Boa constrictor longicauda patternless

Boa constrictor longicauda

Les jeunes sont assez arboricoles

Boa constrictor longicauda Boa constrictor longicauda Boa constrictor longicauda Boa constrictor longicauda Boa constrictor longicauda Boa constrictor longicauda

Photos à 20 jours, après la première mue

Photos de 2015

Voici quelques photos des jeunes aujourd’hui. Ils en ont à peine plus d’un an. On voit bien que certains sont anérythristique (défaut de pigment rouge), donnant cette robe à dominante grise qui vient de la mère. A noter le développement des dessins et de la robe qui change déjà beaucoup en un an.

Les jeunes sont disponibles chez Reptiligne, une équipe en qui j’ai toute confiance et chez qui je sais que les animaux seront bien traités. Un soin tout particulier est fait quant aux choix des futurs propriétaires.

A voir ici : Boa constrictor longicauda & Boa constrictor longicauda « Patternless »

boa-constrictor-longicauda-patternless-nc2014-1

Boa constrictor longicauda Zero

Boa constrictor longicauda

Boa constrictor longicauda

boa-constrictor-longicauda-nc2014-1 boa-constrictor-longicauda-patternless-nc2014 boa-constrictor-longicauda-patternless-nc2014-3 boa-constrictor-longicauda-patternless-nc2014-2

 

This entry was posted in Herpétologie.

Un Commentaire

  1. Lhôte 22 novembre 2017 at 20 h 03 min #

    Bonjour,

    Superbe reportage photo! Un grand merci de nous faire partager votre expérience et de pouvoir admirer ces superbes créatures.

    Je viens d’acquérir aujourd’hui chez Nicolas Hussard, 2 femelles boas longicauda dont une qui a de grande similitude avec les porteurs du gène Zéro. (Je peux vous envoyer la photo).

    J’aurais voulu savoir si elles étaient issues du couple que vous présentez. Les parents de cette ponte proviennent-ils de chez Stockl?

    En vous remerciant par avance pour votre aide.
    Bonne continuation

Poster un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Les champs requis sont marqué par *

*
*

CommentLuv badge