Field Report – Two week in Uganda, country of extrem viperids – March 2017 – part one

Here we are in a new adventure. Never before our journeys carried us to Central Africa. This land, however, inhabits some of the most incredible reptiles on the planet. It was urgent to go there !!
We choose quickly Uganda, which remains an accessible and not so large country. When you think to Uganda, you have the great rift in head. The great rift is the deep geological hole that divides the African continent in two and is considered by many to be the « cradle of humanity », following the discovery of the oldest hominid fossils. Today, this particular geology permits the presence of extremely varied landscapes and climates, from dry savanna to humid tropical forests and mountains covered with eternal snows.

Uganda is the promise of large mammals, which survive in different large national parks. Numerous primates are still present in the country, notably the major populations of Gorilla and Chimpanzee, but also buffalos, hippos, elephants and lions. But what is less well known is that Uganda is also home to some of the most remarkable reptiles in Africa. This is especially the case for the viperids, which here present unsuspected shapes and sizes. We are talking about the Rhinoceros viper Bitis nasicornis, the massive Gaboon Adder Bitis gabonica, and incredible species of the genus Atheris, small tree species. No need to say more, this country is simply irresistible for us!

So let’s go for two weeks of naturalist trip, with a team now habituated with this kind of trip: Laurent, Fabrice, Damien, and myself!

Nous voici lancés dans une nouvelle aventure. Jamais nos précédents voyages ne nous avaient transporté jusqu’en Afrique centrale. Cette terre habite pourtant certains des reptiles les plus incroyables de la planète. Il devenait donc urgent de s’y rendre !!
Notre choix s’est rapidement porté vers l’Ouganda, qui reste un pays accessible et de dimension « raisonnable ». Lorsque l’on pense à l’Ouganda, on pense en premier lieu au grand rift. Le grand rift, c’est cette immense faille géologique qui coupe en deux le continent africain, et considérée par beaucoup comme le « berceau de l’humanité », suite à la découverte de fossiles d’hominidé parmi les plus anciens connus. Aujourd’hui, cette géologie particulière entraîne la présence de paysages et climats extrêmement variés, depuis la savane sèche aux forêts tropicales humides, jusqu’à des montagnes couvertes de neiges éternelles.

L’Ouganda, c’est la promesse de grands mammifères, qui subsistent dans différents grands parcs nationaux. De très nombreux primates sont encore présents dans le pays, notamment les populations majeures de Gorille et de Chimpanzé, mais aussi buffles, hippopotames, éléphants ou encore lions. Mais ce que l’on sait moins, c’est que l’Ouganda abrite parmi les reptiles les plus remarquables d’Afrique. C’est notamment le cas des vipéridés, qui présentent ici des formes et des tailles insoupçonnées. Nous parlons ici de la Vipère rhinocéros Bitis nasicornis, de la massive Vipère du Gabon Bitis gabonica, et des incroyables espèces du genre Atheris, ces petites espèces arboricoles. Pas la peine d’en dire d’avantage, autant dire que ce pays était tout simplement irrésistible !

Nous voilà donc parti pour deux semaines de prospections naturalistes, avec une équipe désormais rompu à ce genre de voyage : Laurent, Fabrice, Damien, et moi-même !

La fine équipe prête au décollage ! – The team ready to go!

 

Step 1 : The Bitis nasicornis quest

After a smooth journey, we land in the middle of the afternoon at Entebbe International Airport. The time to recover the car, and cross Kampala, the country’s capital, the evening is already here. We fortunately have time to meet our two Ugandan acolytes, who will accompany us during the first part of our journey. Indeed, our first targets sectors are outside national parks. Difficult to prospect alone natural sites often private and with small dimensions.

The next morning, we are all ready for the first prospections. These are aimed at the search for our first « target » species, the Rhinoceros viper Bitis nasicornis. This species is typical of deep tropical forests. Prospecting is difficult: the forest, here a secondary forest, is extremely dense. Progression under heat and humidity is greatly slowed. But the first discovery does not take long, and that’s the right one! A young Bitis nasicornis is thermoregulating in height, on a wood pile! This capacity to climb is little known in the genus Bitis, but is partially described in some books. Here is confirmation.

Après un voyage sans encombre, nous atterrissons en milieu d’après-midi à l’aéroport international d’Entebbe. Le temps de récupérer les voitures, et de traverser Kampala, la capitale du pays, et la soirée est déjà bien entamée. Nous avons heureusement le temps de retrouver nos deux acolytes ougandais, qui nous accompagneront durant la première partie de notre voyage. Celle-ci vise en effet des secteurs hors parcs nationaux. Difficile donc de prospecter seuls des parcelles naturelles souvent privées et de dimensions réduites.

Le lendemain matin, nous voilà tous fin prêts pour les premières prospections. Celles-ci ont pour but la recherche de notre première espèce « cible », la Vipère rhinocéros Bitis nasicornis. Cette espèce est typique des forêts tropicales les plus denses. La prospection s’annonce difficile : la forêt, ici une forêt secondaire, est extrêmement dense. La progression sous la chaleur et dans l’humidité en est fortement ralentie. Mais la première découverte ne tarde pas, et c’est la bonne ! Une jeune Bitis nasicornis est en train de thermoréguler en hauteur, sur un chablis ! Cette propension à la grimpette est peu connue chez le genre Bitis, mais est partiellement décrite dans certains ouvrages. En voici la confirmation.

 

En marche serrée vers la forêt ! – Walking until the forest!

La voici ! – Here is the nasicornis!

Gros plan sur la tête – Close-up

L’incroyable robe de la Vipère rhinocéros – Amazing pattern, Bitis nasicornis

Première séance photo du voyage – First shooting of the trip

The rest of the day proved less fruitful. The densities of snakes and reptiles in general are extremely low. Much lower compared with the densities observed in Southeast Asia and Amazonian forest. At the end of the day, a Boomslang Dispholidus typus escapes us. This will be the second and final observation of the day!

La suite de la journée s’avère moins fructueuse. Les densités de serpents, et de reptiles en général, s’avèrent extrêmement faibles. Beaucoup plus faibles, comparativement, avec les densités observées en Asie du Sud-Est ou en Amazonie… En fin de journée, un Boomslang Dispholidus typus nous échappe. Ce sera la deuxième et dernière observation de la journée !

 

Step 2 : THE day : Atheris hispida

This is the big day (well we all hope …), we go in search of Atheris hispida! Rough-scaled Bush Viper Atheris hispida is one of the most remarkable snakes in the world. A small arboreal viper, with strange developed scales, looking for feather, and a head evoking … a dragon, quite simply!
Here we are again in a deep forest, prospecting branches and lianas. In the middle of the afternoon, after the discovery of a doubtful old skin, finally appears a moving specimen! What a find! Happy we are! Thank you Damien!
Here we are facing a male of fifty centimeters, so beautiful…

C’est le grand jour (enfin nous l’espérons tous…), nous partons à la recherche d’Atheris hispida ! Atheris hispida, c’est l’un des serpents les plus remarquables au monde. Un petit vipéridé arboricole, avec une écaillure particulièrement développée, évoquant une sorte de plumage, et une tête rappelant… un dragon, tout simplement !
Nous voici donc à nouveau au sein d’une forêt dense, prospectant branches et lianes en tout genre. En milieu d’après-midi, après la découverte d’une mue douteuse, apparait enfin un individu en déplacement ! Quelle découverte ! Quelle joie ! Merci Damien !

Nous voici face à un mâle d’une cinquantaine de cm, de toute beauté, et conforme à ce que nous imaginions…

Attention aux crocodiles ! Careful to crocodiles!

Belle trouvaille – Good find: Dasypeltis atra

La tête caractéristique du mangeur d’œuf – Caracteristic head of the egg-eater

Et la voici ! Here it is! Atheris hispida!

Séance photos et vidéos – Atheris shooting

Probablement mes deux meilleures photos de l’animal – Probably my two best pictures

 

Time to make the pictures, and here is the end of the day … A crazy day, exhausting, but rewarding! We saw THE beast!

Le temps de faire les photos, et voici la fin de la journée… Une folle journée, épuisante, mais gratifiante ! Nous avons vu LA bête !

 

Photos – Pictures : L. Barthe, F. Bernard, M. Berroneau, D. Troquereau

Special thanks to Tom, Jeff, Nsuggu, Mathias, and all their friends.

Aller à la deuxième partie – Go to the part two

Aller à la troisième partie – Go to the part three

 

Liste non exhaustive des observations – Incomplet list of observations:

Reptiles
Trachylepis maculilabris
Trachylepis striata
Hemidactylus mabouia
Hemidactylus (angulatus ?)
Trioceros ellioti
Acanthocercus sp.
Acanthocercus atricollis
Adolfus joacksoni
Varanus niloticus
Crocodylus niloticus
Pelomedusa rufra
Boaedon fulginus
Dasypeltis atra
Psamnophis mossambicus
Philothamnus sp. or Hapsidophrys sp.
Philothamus semivariegatus
Toxicodryas blandingii
Dispholidus typus
Dendroaspis jamesoni
Naja nigricollis
Naja melanoleuca
Atheris hispida
Bitis arientans
Bitis gabonica
Bitis nasicornis

Amphibians
Sclerophrys maculata
Leptopelis sp.
Leptopelis kivuensis
Hyperolius sp.
Ptychadena mascareniensis
Ptychadena oxyrhynchus
Phrynobatrachus (natalensis ?)

 

Plus d’infos sur nos voyages sur www.atheris.earth – More info about our trips on www.atheris.earth

Plus de photos sur www.matthieu-berroneau.fr – More pictures on www.matthieu-berroneau.fr

 

 

This entry was posted in Field trip report, Out of Europe.

Un Commentaire

  1. Julien 6 mai 2017 at 11 h 20 min #

    Votre recit et vos images sont magnifiques, bravo !
    J’ adore les gros plans de Atheris hispida une espèce que je ne connaissais pas, superbe !

2 Trackbacks

  1. […] Retour à la première partie – Back to the part one […]

  2. […] « Field Report – Two week in Uganda, country of extrem viperids – March 2017 – part … Field Report – Two week in Uganda, country of extrem viperids – March 2017 – part three » […]

Poster un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Les champs requis sont marqué par *

*
*

CommentLuv badge