Field Report – Two week in Uganda, country of extrem viperids – March 2017 – part two

Step 3 : Giant adder : the Gaboon viper

Now that Atheris hispida has been found, our new target is now, without hesitation, the Gaboon viper. The Gaboon viper, Bitis gabonica, is a mythical serpent. It is simply the biggest and heavier snake in the Viperinae sub-family. The largest specimens of this species would approach 2m and would exceed 10kg. It is also one of the snakes with the largest hooks, producing the largest amount of venom in the world. Finally, the colors and patterns are spectacular, making it totally cryptic in its habitat. The Gaboon viper is the Grail for fans of vipers!

Maintenant que Atheris hispida a été trouvé, notre notre nouvelle cible est désormais, sans hésitation, la Vipère du Gabon. La Vipère du Gabon, Bitis gabonica, est un serpent mythique. C’est tout simplement le plus grand et gros serpent de la sous-famille des Viperinae. Les plus gros individus de cette espèce approcheraient les 2 m et dépasseraient les 10 kg. C’est aussi un des serpents présentant les plus grands crochets, et produisant la plus grosse quantité de venin au monde. Enfin, les couleurs et motifs présentés par cette espèce sont tout à fait spectaculaires, la rendant totalement cryptique dans le milieu. La Vipère du Gabon, c’est le Graal des amateurs de vipères !

 

The Gaboon viper seems quite abundant in Uganda. It affects a wide range of habitats, and supports more degraded environments than Bitis nasicornis. It is found in agricultural land or in areas of wooded grassland. In one of these sectors, in the middle of the cows, we begin our search, under a pouring rain. Our first discovery comes quickly, but it is Olive Whip Snake Psamnophis mossambicus. The snake hardly attempts to thermoregulate despite the wet weather.

La Vipère du Gabon est  une espèce a priori bien présente en Ouganda. Elle affectionne une large gamme de milieu, et supporte des milieux plus dégradés que Bitis nasicornis par exemple. Elle est notamment présente dans des terres agricoles ou dans des secteurs de prairies boisées. C’est dans un de ces secteurs, aux milieux des vaches, que nous débutons notre recherche, sous une pluie battante. Notre première découverte arrive rapidement, mais il s’agit d’abord d’une belle couleuvre, Psamnophis mossambicus. Le serpent tente difficilement de thermoréguler malgré la météo humide.

Psamnophis mossambicus

Après des heures de recherche, l’animal tant recherché est là : « Gaboon vipeeeer ! ». Le serpent apparait devant nos yeux, et nous ne sommes pas déçu : c’est énorme ! Un animal d’environ 1m20 – 1m30, extrêmement lourd. La bête est parfaitement calme, peu agressive, et se laisse relativement bien manipulée. Après une petite séance photo, celle-ci est relâchée. Elle regagne alors lentement son abri et disparait devant nos caméras…

Nous poursuivons alors nos prospections, satisfait de notre journée, et prêts pour de nouvelles découvertes !

Une vipère XXL – A XXL viper!

 

Retour à la maison – Back home…

Jeune – Young – Acanthocercus atricollis

Trachylepis striata

Leptopelis sp.

Espèce… inconnue – Unknow species

Il est temps de faire une pause !

Session photos de caméléon mouvementée ! – Eventful Chameleon shooting!

Trioceros ellioti – Mâle et femelle – Male and female

Good memories!

Pas (trop) de problème avec la voiture – No problem with the car.

Surveys continue with the search for the Jameson’s Mamba Dendroaspis jamesoni. This species looks abundant because it is the snake that we have most often observed on field. Unfortunately, none of the individuals could be photographed. Too high, too fast, too clever? Pity ! But luck go back soon, with the discovery of a second Gaboon viper… and a beautiful one! A specimen who has freshly moult with bright colors and an ultra-contrasting dress. Magnificent!

Les prospections reprennent avec la recherche du Mamba de Jameson Dendroaspis jamesoni. L’espèce a l’air abondante puisque c’est le serpent que nous avons le plus souvent observé sur le terrain. Malheureusement, aucun des individus n’aura pu être photographié. Trop hauts, trop rapides, trop malins ? Dommage ! Mais la chance va vite revenir, avec la découverte d’une deuxième Vipère du Gabon… et pas des moindres ! Un individu ayant fraîchement mué avec des couleurs vives et une robe ultra-contrastée. Magnifique !

 

Bitis gabonica, gros plan de tête – Close-up

Vipère dans son habitat – Gaboon habitat

Our research continues with some new discoveries. Let us quote for example the observation of a great Toxicodryas (eg Boiga) blandingii, then the capture of a beautiful (but molting) Forest Cobra Naja melanoleuca. A beautiful animal!

Nos recherches se poursuivent ensuite avec quelques nouvelles découvertes. Citons par exemple l’observation d’un grand Toxicodryas (ex. Boiga) blandingii, puis la capture d’un beau (mais en mue) Cobra des Forêts Naja melanoleuca. Un bel animal !

Large Toxicodryas blandingii

Interview of our colleagues!

Naja melanoleuca

Photos – Pictures : L. Barthe, F. Bernard, M. Berroneau, D. Troquereau

Special thanks to Tom, Jeff, Nsuggu, Mathias, and all their friends.

Retour à la première partie – Back to the part one

Aller à la troisième partie – Go to the part three

Liste non exhaustive des observations – Incomplet list of observations:

Reptiles
Trachylepis maculilabris
Trachylepis striata
Hemidactylus mabouia
Hemidactylus (angulatus ?)
Trioceros ellioti
Acanthocercus sp.
Acanthocercus atricollis
Adolfus joacksoni
Varanus niloticus
Crocodylus niloticus
Pelomedusa rufra
Boaedon fulginus
Dasypeltis atra
Psamnophis mossambicus
Philothamnus sp. or Hapsidophrys sp.
Philothamus semivariegatus
Toxicodryas blandingii
Dispholidus typus
Dendroaspis jamesoni
Naja nigricollis
Naja melanoleuca
Atheris hispida
Bitis arientans
Bitis gabonica
Bitis nasicornis

Amphibians
Sclerophrys maculata
Leptopelis sp.
Leptopelis kivuensis
Hyperolius sp.
Ptychadena mascareniensis
Ptychadena oxyrhynchus
Phrynobatrachus (natalensis ?)

 

Plus d’infos sur nos voyages sur www.atheris.earth – More info about our trips on www.atheris.earth

Plus de photos sur www.matthieu-berroneau.fr – More pictures on www.matthieu-berroneau.fr

 

This entry was posted in Field trip report, Out of Europe.

2 Trackbacks

  1. […] « Conférence Spéciale Vipères Field Report – Two week in Uganda, country of extrem viperids – March 2017 – part two &raq… […]

  2. […] « Field Report – Two week in Uganda, country of extrem viperids – March 2017 – part … […]

Poster un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Les champs requis sont marqué par *

*
*

CommentLuv badge