Field Report – Suisse Italie, petite virée de quelques jours !

Voici longtemps que nous n’avions pas publié !
Les emplois du temps sont toujours serrés, mais j’ai enfin trouvé l’occasion d’une petite virée en Suisse et Italie. Voici un petit moment que je souhaitais me rendre là-bas, pour y photographier quelques espèces que je n’avais jamais ou peu observé.
La fin du mois de Septembre n’est pas forcément le moment le plus optimal pour une virée principalement orientée montagne et haute altitude, surtout avec la météo annoncée… mais bon nous ne pouvions plus reculer !
C’est donc parti pour une petite semaine express, accompagné par Romain, avec une première étape en Suisse.

Etape 1 – Suisse : sur la trace de la Salamandre noire

Notre voyage commence dans les Alpes, et il commence… fraîchement ! C’est la neige qui nous accueille… Mais les décors splendides nous font vite oublier le froid. La journée est consacrée à la recherche de la Salamandre noire. J’avais espéré un moment observer une ou deux vipères aspics, mais avec cette météo, nous pouvons tout de suite oublier. Lionel, un photographe Suisse de grand talent, et Sonyiste de surcroit, nous a rejoint (tôt !) le matin et nous accompagne. C’est un grand plaisir de le rencontrer !

Et c’est parti !

La météo est un peu fraîche ce matin…

Le temps se lève progressivement, l’occasion pour quelques clichés.

 

Lac de Derborence

Une nuit et une matinée des plus fraîches, mais les paysages valent le détour !

La chance finit par nous sourire, avec la découverte, enfin, de plusieurs Salamandre noire, Salamandra atra. Magnifique animal ! Nous profitons des quelques rayons de lumière pour photographier quelques animaux, avant de décoller, déjà pour notre étape suivante.

Salamandre noire Salamandra atra

Et voilà enfin la petite Salamandre noire Salamandra atra

Salamandra atra

Un nouvel individu, un bel adulte cette fois

Alpine Salamander

 

Encore des décors de rêve… mais il fait toujours aussi froid !

Etape 2 – L’Italie et la Vipère de Walser

Nous voilà en route pour l’Italie, un pays que je n’avais encore jamais visité par le passé. Nous venons ici pour découvrir la Vipère de Walser, Vipera walser, une espèce récemment décrite sur base de génétique. Une nouvelle espèce de reptile (de vipère de surcroit !) en Europe, à notre époque, autant dire que c’est un bel évènement !
En attendant, la météo est toujours aussi froide, et les conditions très défavorables à l’observation des reptiles : ciel totalement dégagé, vent froid… Mais nous ne renonçons pas !

Nuit très étoilé… Pas vraiment bon signe pour les observations du lendemain…

Au petit matin, les prospections se font plutôt dans l’urgence : une course contre le soleil, qui va vite faire fuir les serpents en cours de thermorégulation. La chance, à nouveau, nous sourit, puisque nous avons la chance d’observer, coup sur coup, Vipère aspic, puis l’espérée Vipère de Walser, Vipera walser. Une espèce qui présente clairement la morphologie de la Vipère péliade Vipera berus, avec des motifs, notamment labiaux, bien particuliers.

 

Asp viper vipera aspis atra

Une première vipère ! Mais une Vipère aspic Vipera aspis

Vipera aspis atra

Rude ascension, et course contre le soleil !

Vipère de Walser Vipera walseri

Ouf, nos efforts ne sont pas vains ! Vipère de Walser, Vipera walser

Vipera walseri

Une espèce qui présente un look particulier, même si elle est morphologiquement très proche de la Vipère péliade

Vipera walseri gros plan

Gros plan de la tête

 

Vipera walseri habitat

Et la bête dans son habitat, ici loin des hommes.

 

Coronella austriaca Coronelle lisse

Les Coronelles lisses semblent nombreuses également

Gros plan sur cette belle Coronella austriaca

Podarcis muralis maculiventris

Lézard des murailles Podarcis muralis maculiventris

Le voyage se poursuit, toujours en Italie, à la recherche d’une nouvelle espèce endémique du sud des Alpes, la fameuse Salamandre de Lanza, Salamandra lanzai. Encore et toujours, c’est, à 2000 m d’altitude, le froid qui nous accompagne. Il fait 0°c, et les Salamandres ne sortent logiquement pas le bout de leur nez ! Nous persévérons tout de même et finissons, enfin par observer un jeune individu. Quelle beauté ! Plus bas, en plaine, pas grand chose à se mettre sous la dent, à part une furtive vipère aspic.

 

Toujours plus haut… toujours plus froid !

Salamandra lanzai

La voilà enfin ! La superbe Salamandre de Lanza, Salamandra lanzai !

 

Etape 3 – Retour en France – session dans le Sud-Est

A force de descendre vers le sud, nous voilà sur la côte méditerranéenne, où nous re-basculons côté français. Voici l’occasion d’observer Spélerpes de Strinati Sperlerpes strinatii et quelques geckos, dont le rare Euleptes d’Europe Euleptes europaea qui présente ici une robe claire des plus remarquables. Les observations restent toutefois rares, la cause, toujours à cette météo toujours froide (certes beaucoup moins) mais surtout désespérément sèche…

Monaco… fuyons !

Tarentola mauritanica

Omniprésent ici : la Tarente de Maurétanie, Tarentola mauritanica

Tarente de Maurétanie

Gros plan de la grosse tête !

Eulepte d'Europe Phyllodactyle d'Europe Euleptes europea

Eulepte d’Europe, une belle femelle bien claire

Enorme femelle de Crapaud commun, Bufo bufo / spinosus

 

Speleomantes strinatii

Le dernier Spelerpes de Strinati… un survivant !

Sperlepes de Strinati

Spéléomante de Strinati

Etape 4 – La petite merveille Vipère d’Orsini

Nous voilà en route pour notre sud-ouest natal… Nous profitons de l’itinéraire pour un dernier arrêt, avec l’espoir d’observer la rare Vipère d’Orsini Vipera ursinii. Voilà qui tombe bien, la météo devient enfin favorable !

 

Vipère d'Orsini Vipera ursinii

Magnifique Vipère d’Orsini

Vipera ursinii habitat

Vipère d’Orsini Vipera ursinii dans son habitat

Thermorégulation de Vipères d'Orsini

Les animaux thermorégulent ce matin !

Un nouveau-né, un vrai petit bijou, rapidement mais délicatement relâché…

 

 

Dernière session nocturne avant le départ…

Lacerta bilineata

Le Lézard vert arboricole

Renault Laguna estate

La maison pour une semaine, près à rentrer !

 

Au final, ce voyage n’aura pas été de tout repos, avec une météo peut aidante, mais les observations auront été au rendez-vous. Nous reviendrons probablement bientôt, à une autre saison, avec nous l’espérons autant de réussite !

Texte : Matthieu Berroneau

Photos : Matthieu Berroneau & Romain Datcharry

This entry was posted in Field trip report, Italie, Suisse.

Un Commentaire

  1. Jérôme 5 octobre 2017 at 13 h 55 min #

    Trop chou la petite d’Orsini

Poster un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Les champs requis sont marqué par *

*
*

CommentLuv badge