Offre de stage Nature Midi-Pyrénées

Offre de stage – Herpétologie / Biologie de la conservation

Plan National d’Actions en faveur des Lézards des Pyrénées

Action n°3 – Etude de la structuration génétique des populations

Période: de mi-juin à mi-septembre 2013

Lieu: Ariège

Contexte et objectifs

les Lézards des Pyrénées (Iberolacerta aranica, I. aurelioi et I. bonnali) sont des petits lacertidés rupicoles endémiques de la ceinture bioclimatique alpine des Pyrénées. On les rencontre très majoritairement au-dessus de 2000 m d’altitude (jusqu’à localement 3000 m environ) mais on connaît quelques populations entre 1500 m et 2000 m. Ils sont inconnus à plus basse altitude (fiches espèces consultables sur : http://www.naturemp.org/-Le-centre-de-ressources.html.

Ces espèces, protégées par la loi, figurent à l’annexe II de la directive européenne « Habitats-Faune-Flore » et doivent doncfaire l’objet d’une intégration au réseau Natura 2000. Elles sont inscrites sur la « Liste Rouge des espèces menacées » de l’UICN en raison notamment de leur aire de répartition réduite et fragmentée, que le réchauffement climatique global contribuera très probablement à morceler et amenuiser encore.

Le « Plan National d’Actions en faveur des Lézards  des Pyrénées », piloté par la DREAL de Midi-Pyrénées et rédigé par Nature Midi-Pyrénées, a été validé par le CNPN en septembre 2012 (consultable sur le site de  la DREAL). Ce Plan, qui propose la mise en oeuvre de différentes actions visant à optimiser la conservation des  Iberolacerta pyrénéens dans le contexte évoqué plus haut, prévoit notamment une étude de la structuration génétique des populations afin d’identifier leur degré d’isolement relatif et les  secteurs de diversité génétique maximale / minimale (analyses ADN par CEFE-CNRS Montpellier). Une première campagne d’échantillonnage aura lieu en 2013, qui portera sur I. aranica*.

* I. bonnalia déjà fait l’objet d’un travail semblable, cf :

Mouret V., Guillaumet A., Cheylan M., Pottier G., Ferchaud A.-L. & Crochet P.-A. 2011 – The legacy of Ice Ages in mountain species : postglacial colonization of mountain tops rather than current range fragmentation determines mitochondrial genetic diversity in an endemic Pyrenean rock lizard. Journal of biogeography38 (9) : 1717-1731.

Dans ce cadre, le Chargé de Mission (Gilles Pottier) recherche un(e) stagiaire de niveau BTS, Master I ou II  présentant le profil ci-dessous :

Pratique régulière de la grande randonnée en moyenne et haute montagne :

L’accès aux populations à échantillonner nécessite  toujours plusieurs heures de marche, avec dénivelé positif direct pouvant aller jusqu’à  1500 m environ (en général entre 500 m et 1000 m). Ce dénivelé doit être avalé plutôt rapidement, pour pouvoir travailler le plus longtemps possible à l’échantillonnage proprement dit. Réfléchissez bien à ce que ces chiffres signifient (si vous n’en avez aucune idée, c’est plutôt mauvais signe … ).

Bon niveau en herpétologie :

Dans les Pyrénées, les  Iberolacerta cohabitent parfois avec le Lézard des murailles (Podarcis muralis) et le Lézard vivipare (Zootoca vivipara), localement dans des proportions proches de 50/50 (avec P. muralis). Il faut donc savoir identifier et distinguer sans problème ces lézards. Le Chargé de Mission pourra vous prodiguer une petite formation mais il est très préférable de détenir une certaine expérience préalable.

Totale disponibilité et grande réactivité :

Les Iberolacerta étant des organismes ectothermes, ils ne sont actifs et observables que par certaines conditions météo. Or, le temps changetrès rapidement en altitude, les prévisions ne sont fiables que la veille (et encore…) et les sorties en montagne consacrées à ces lézards ne sont donc pas planifiables à l’avance. En conséquence : il vous faudra être disponible tous les jours (pas forcément le WE, mais c’est un plus).

Véhicule automobile :

Le terrain se déroulera en Ariège (anecdotiquement en Haute-Garonne), dans les massifs s’étendant du Crabère au Mont Valier. Il faut donc  que vous puissiez vous déplacer jusqu’en Ariège. Le CDM, basé dans les Hautes-Pyrénées et travaillant également en montagne dans ce département là et durant cette même période, ne pourra pas nécessairement toujours co-voiturer avec vous. Des  RDV « co-voiturage » pourront être fixés à Salies-du-Salat ou St Girons par exemple (une localisation en Ariège serait idéale). Les frais de déplacement pourront être remboursés.

Contenu :

Le terrain s’effectuera en binôme chargé de mission/ stagiaire. Sous la direction du CDM, le stagiaire procédera aux mêmes manipulationstechniques que lui, à savoir le recueil d’échantillons de tissu caudal (régénérableet sans impact sur la survie des individus s’agissant de lacertidés). Les individus  seront brièvement capturés avec une baguette munie d’un noeud coulant (formation assurée par le CDM) avant d’être immédiatement relâchés à l’endroit exact de la capture. L’échantillon sera placé en alcool non modifié, dans un tube individuel identifié. CDM et stagiaire seront bien évidemment titulaires  d’une autorisation d’état pour ce faire.

En conclusion : stage s’adressant à des personnes réellement passionnées par la thématique, plutôt sportives et ayant une bonne expérience du milieu montagnard.

Merci de faire parvenir rapidement CV et lettre de motivation à Gilles Pottier : g.pottier@naturemp.org

This entry was posted in Herpétologieet marqué .

Poster un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Les champs requis sont marqué par *

*
*

CommentLuv badge